Biométhane : Waga Energy va installer quatre nouvelles Wagabox en 2018

2018-03-19T18:20:24+01:00

La start-up grenobloise Waga Energy va installer en 2018 quatre nouvelles unités d’épuration de biogaz de déchets enfouis. Ces nouvelles unités porteront à plus de 100 Gwh/an la production en France de biométhane sur les sites d’installation de stockage des déchets non dangereux (ISDND).

Combinant filtration par membrane et distillation à température cryogénique, la Wagabox capte 90 % du méthane contenu dans le biogaz, issu des déchets enfouis et produit en sortie un biométhane pur à 98 %, compatible avec les critères d’injection des opérateurs de réseau, rappelle Waga Energy dans un communiqué publié le 15 mars 2018.

Deux unités sont déjà opérationnelles et injectent sur le réseau de GRDF : la première a démarré en février 2017 sur le site Paprec-Coved de Saint-Florentin (Yonne) et la deuxième en juin 2017 sur le site Suez de Saint-Maximin (Oise).

Waga Energy va aujourd’hui engager près de 12 millions d’euros dans la construction de quatre nouvelles unités grâce à l’appui de ses actionnaires Ovive, Air Liquide et Starquest Capital.

La première de ces nouvelles unités démarrera en mai prochain sur l’Installation de stockage des déchets non dangereux (ISDND) de Pavie (Gers), exploitée par le syndicat mixte Trigone. Les suivantes seront mises en service à l’automne 2018 sur le site Veolia de Sain-­Palais (Cher) et sur deux sites Suez.

Avec six Wagabox en exploitation en 2018, les ISDND françaises produiront plus de 100 GWh/an, soit la consommation d’environ 15 000 foyers ou un millier de bus, et éviteront l’émission de 20 000 tonnes de dioxyde de carbone (CO2) à l’atmosphère.

Waga Energy vise l’installation de plus d’une centaine de Wagabox dans le monde d’ici 202.

Image : Waga Energy

 

 

Partager