CCS : Total, IFPEN et Axens parmi les partenaires du projet « 3D » à Dunkerque

2019-05-28T19:39:38+02:00

ArcelorMittal, Axens, l’IFPEN et Total ont annoncé le 28 mai 2019 le lancement d’un projet de démonstration de captage et stockage de CO2 à l’échelle industrielle sur le site dunkerquois du sidérurgiste. Baptisé « 3D », ce projet est basé sur la technologie DMX développée par l’IFPEN. Un pilote industriel sera opérationnel en 2021.

Développé et breveté par l’IFPEN, DMX est un procédé de captage du CO2 par solvant « plus performant que les procédés de référence aux amines qui présentent une forte consommation d’énergie pour le régénération du solvant », insiste l’institut de recherche, dans un communiqué publié le 28 mai 2018, ajoutant que la baisse des coûts est estimée à 35 %.

Grâce notamment à la valorisation de la chaleur produite sur le site d’ArcelorMittal, le projet « 3D », pour « DMX Demonstration in Dunkirk« , vise une réduction de moitié du coût total du captage pour atteindre 30 euros la tonne.

La première étape consiste à construire, à partir de 2020, un pilote industriel sur le site d’ArcelorMittal de Dunkerque. Dès 2021, ce pilote, conçu par Axens, pourra capter 0,5 tonne par heure de CO2 issu du gaz sidérurgique. Une fois l’efficacité du procédé DMX validé, une première unité industrielle serait réalisée. Elle pourrait capter, à partir de 2025, plus de 125 tonnes de CO2 par heure, soit plus d’un million de tonnes de CO2 par an.

Enfin, selon les partenaires du projet « 3D », celui-ci s’inscrit « dans une étude plus globale consacrée au développement du futur pôle européen Dunkerque-Mer du Nord » qui verrait le jour à horizon 2035.

S’appuyant sur les infrastructures de conditionnement et de transport pour le stockage du CO2 en Mer du Nord – mises en place via d’autres projets comme celui de Nothern Lights dans lequel Total est partie prenante – ce pôle européen « pourrait capter, conditionner, transporter et stocker 10 millions de tonnes de CO2 par an ».

Le projet « 3D » fait partie du programme pour la recherche et l’innovation de l’UE. Son budget est de 13,3 millions d’euros dont 14,8 M€ financés par l’UE.

Les autres partenaires du projet « 3D » sont ACP, Brevik Engineering, CMI, DTU Gassco, RWTH et Uetikon.

Image : Arcelor

 

 

 

 

 

Partager