Dalkia et PSA valorisent la chaleur fatale des fours de fonderie

2019-03-04T18:47:33+01:00

Jean-Bernard Lévy, pdg d’EDF, et Sylvie Jéhanno, pdg de la filiale de services énergétiques du groupe, ont inauguré le 1er mars 2019, les nouvelles installations du réseau de chauffage urbain de Charleville-Mézières (Ardennes). Ce réseau est désormais alimenté notamment par la chaleur fatale récupérée sur les fours de fonderie de l’usine PSA.

Dans le cadre d’un appel d’offre lancé en 2016 par la ville de Charleville-Mézières (Ardennes) qui visait à étendre et « verdir » son réseau de chauffage urbain, Dalkia avait proposé une solution couplant implantation d’une chaufferie biomasse et récupération de la chaleur fatale des fours de la fonderie du groupe PSA.

Concrètement, la chaleur fatale issue des fours de fusion et de régénération du site industriel, dont le potentiel a été estimé à 28 GWh (soit l’équivalent de la consommation d’ECS de 2 000 logements chaque année), est transférée vers des échangeurs thermiques placés sur le toit de l’usine PSA (image).

L’énergie ainsi récupérée est complétée par celle produite par une chaufferie biomasse de 800 kW. Cette dernière, de type modulaire, sera remplacée en 2028 par une chaudière biomasse de 1,5 MW afin de compenser l’arrêt de la production de chaleur issue de la cogénération.

Dalkia a investi environ 9 millions d’euros dans ce projet, dont 4 M€ provenant du « Fonds Chaleur » de l’Ademe.

Ces nouvelles installations permettent d’alimenter le réseau de chauffage urbain de la ville à hauteur de 60 % d’énergies renouvelables et de récupération, et d’éviter les émissions de 7 000 tonnes de CO2 chaque année. La production d’énergie permet de chauffer l’équivalent de 3 290 logements.

« En 2017, les énergies renouvelables et de récupération représentaient 37 % du mix énergétique de Dalkia », a commenté Sylvie Jéhanno, pdg de la filiale d’EDF. « L’ambition est de porter ce chiffre à 50 % d’ici 2022 ».

Image : Dalkia

 

 

 

 

Partager