Ecoslops autorisé à exploiter sa future unité sur le site de La Mède

2019-02-01T11:42:54+01:00

La start-up spécialisée dans la valorisation des résidus pétroliers issus du transport maritime a annoncé avoir reçu le permis d’exploiter son unité PR2 implantée sur le site de plateforme Total de La Mède. Cette installation d’une capacité de 30 000 tonnes devrait être mise en service au dernier trimestre de cette année. 

Ce projet, confirmé en juin 2017, s’inscrit dans la cadre de la transformation du site de La Mède en bio-raffinerie.

Le permis de construire de cette installation avait été accordé en septembre dernier et cette dernière autorisation clos le dossier réglementaire indispensable à la construction et à l’exploitation de l’unité, précise Ecoslops dans un communiqué publié le 31 janvier 2019.

Les entreprises attributaires des lots ont démarré les travaux et la fabrication des équipements. La date de démarrage prévisionnelle de l’unité est le dernier trimestre 2019.

Fondée en 2009, notamment par Michel Pingeot, alors pdg d’Heurtey Petrochem, et Jean-Claude Company, ancien directeur du raffinage chez Total, Ecoslops a développé un système de micro-raffinerie, la P2R , qui permet de régénérer les résidus pétroliers issus du transport maritime en carburant de 2e génération et en bitumes.

La première P2R, d’une capacité de 30 000 tonnes, est opérationnelle sur le site de Sinès (Portugal) depuis 2015 (image).

Ecoslops a également développé une mini-P2R d’une capacité de 2 000 à 4 000 tonnes pour les ports de taille moyenne.

Image : Ecoslops

 

Partager