Eolien en mer : la filière demande des objectifs plus ambitieux dans le projet de PPE

2019-04-16T16:38:47+02:00

Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) et France Energie Eolienne (FEE) ont présenté des contre-propositions au projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) publié au début de cette année par les pouvoirs publics. Les professionnels de la filière éolien en mer souhaitent notamment un objectif de 1 GW installé chaque année entre 2019 et 2024.

Le projet actuel de PPE, qui prévoit une capacité installée de 4,7 à 5,2 GW en 2028 d’éolien en mer, est particulièrement insuffisant sur ce volet, insistent les professionnels du secteur dans un communiqué.

Cet objectif correspond « en grande partie à des volumes déjà attribués et ne reflète pas le potentiel de la filière », poursuivent les représentants des industriels.

Le véritable enjeu pour la filière de l’éolien en mer réside dans le calendrier d’appels d’offres que la PPE doit définir pour les cinq prochaines années. Or, le rythme très irrégulier, ne permet pas un développement durable de la filière industrielle de l’éolien en mer, insistent le SER et FEE.

Les professionnels de la filière demandent donc qu’un GW soit attribué chaque année entre 2019 et 2024, puis que le rythme des projets s’accélère.

Plus précisément, le SER et FEE ont indiqué qu’ils souhaitaient notamment le lancement de deux appels d’offres supplémentaires d’éolien en mer posé (2 x 750 MW) attribués entre 2021 et 2022, et de trois appels d’offres d’éolien flottant (3 x 250 MW), complété 2 à 3 ans plus tard par une tranche de 500 MW.

Le deux organisations mettent en avant « la compétitivité (…) de la technologie » de l’éolien en mer posé. Quant à l’éolien flottant, les professionnels estiment que ses coûts de production « rejoindront rapidement » ceux des installations posées.

« Des baisses de coûts supérieures aux attentes de l’Etat pourraient être constatées à très court terme, présentant l’opportunité de financer des projets supplémentaires », a ajouté Olivier Perrot, président de FEE.

Selon les acteurs de la filière, le projet de parc éolien au large de Dunkerque (Nord), dont le coût de production attendu serait inférieur à 70 €/MWh, démontrerait la compétitivité de la filière.

Image : Engie

Partager