Feu vert pour le lancement du projet Arctic LNG 2

2019-09-05T11:00:10+02:00

Le groupe russe Novatek a annoncé le jeudi 5 septembre 2019 que les partenaires du projet Arctic LNG 2 avaient approuvé la décision finale d’investissement pour un montant d’investissement estimé à 21,3 milliards de dollars. La première livraison de GNL est attendue pour 2023.

Situé sur  la péninsule de Gydan (Russie), le projet Arctic LNG 2 disposera d’une capacité de production de 19,8 millions de tonnes par an (Mtpa) de GNL. Trois trains de GNL de 6,6 Mtpa chacun, utilisant des plates-formes à structure gravitaire (GBS), seront construits.

Le premier cargo de GNL d’Arctic LNG 2 est attendu pour 2023. Les deuxième et troisième trains démarreront respectivement en 2024 et 2026, précise Noatek, dans un communiqué.

Les partenaires du projet sont Novatek (60 %), Total (10 %), CNPC (10 %), CNOOC (10 %) et Japan Arctic LNG, consortium de Mitsui & Co et JOGMEC (10 %).

Un consortium composé de TechnipFMC, Saipem et NIPIGAS (Russie) a remporté le contrat EPC de l’usine de GNL alors que la conception et la construction des structures gravitaires seront réalisées par la société russe SAREN, une joint venture entre RHI Russie et Saipem.

Plus de 90 % des équipements à long délai de livraison (y compris les échangeurs de chaleur cryogéniques, les turbines à gaz et les compresseurs pour les trains de liquéfaction) ont été commandés. Le forage du puits de production, la construction des routes et de l’infrastructure de production du champ ont commencé.

L’installation de trois plates-formes gravitaires (gravity-based structures) en béton dans le golfe de l’Ob qui accueilleront chacune un train de liquéfaction d’une capacité de 6,6 Mtpa va permettre des réductions de coûts significatives (supérieures à 30 % par tonne de GNL) par rapport à Yamal LNG, précise Total dans un communiqué distinct.

« Arctic LNG 2 complète notre portefeuille en croissance de projets GNL compétitifs, fondés sur des ressources géantes à bas coûts de production et destinées principalement aux marchés asiatiques », a commenté Patrick Pouyanné, pdg de Total.

La production d’Arctic LNG 2 sera transportée vers les marchés internationaux par une flotte de méthaniers brise-glaces qui pourront utiliser la route du Nord ainsi que le terminal de transbordement du Kamchatka pour les cargaisons à destination de l’Asie et le terminal de transbordement proche de Mourmansk pour les cargaisons destinées à l’Europe.

Image : Novatek

Partager