Géosciences : Total multiplie par cinq sa puissance de calcul haute performance

2019-06-26T14:53:36+02:00

Total a annoncé le 18 juin 2019 avoir mis en service son nouveau supercalculateur Pangea III, au Centre de recherche scientifique et technique Jean Fréger, à Pau (Landes). Portant la puissance de calcul haute performance du groupe à 31,7 pétaflops et sa capacité de stockage à 76 pétaoctets, cet équipement « va contribuer à renforcer l’excellence opérationnelle » dans les activités d’E&P, explique la major.

Les capacités de Pangea III (25 pétaflops1 de calcul et 50 pétaoctets2 de stockage) viennent compléter celles des systèmes haute performance Pangea I et Pangea II qui l’ont précédé, explique Total dans un communiqué du 18 juin 2019.

Mis en service en avril 2016, Pangea II disposait alors d’une capacité de calcul de
6,7 pétaflopfs pour une  capacité de stockage de 26 pétaoctets.

Opérationnel depuis le mois dernier, Pangea III se classe au 11e rang par les supercalculateurs les plus puissants au monde (source : TOP500).

« La puissance de calcul supplémentaire qu’apporte Pangea III contribue à renforcer l’excellence opérationnelle de Total », assure Arnaud Breuillac, dg Exploration-Production du groupe. « Nous pouvons ainsi mieux maîtriser les risques géologiques en phase d’exploration et de développement, accélérer les études et l’exécution de nos projets et accroître la valeur de nos actifs en optimisant l’exploitation de nos champs, tout cela à moindre coût. »

Les apports de Pangea III seront essentiels dans trois principaux domaines, précise Total.

D’une part, pour l’imagerie sismique pour l’exploration et le développement. Ainsi, « l’utilisation de nouveaux algorithmes pouvant traiter une vaste quantité de données avec plus de précision pour produire des images de meilleure résolution », permettra de localiser les hydrocarbures dans le sous-sol de manière plus fiable (notamment dans les pre-salt au Brésil, dans le Golfe du Mexique, l’Angola et la Méditerranée oriental).

D’autre part, pour le développement des champs, puisque l’augmentation de la puissance de calcul permettra d’élaborer des modèles prédictifs plus fiables. Et enfin, pour la valorisation et la sélection des actifs. En effet, « le supercalculateur Pangea III aidera à mieux estimer la valeur de domaine minier et des opportunités », permettant ainsi une meilleure sélectivité dans l’acquisition d’affaires nouvelles.

Plus performants que ces prédécesseurs, ce nouveau supercalculateur est aussi plus efficace énergétiquement puisqu’il consomme onze fois moins d’électricité avec 1,5 MW par pétaflop contre 4,5 MW pour Pangea I et Pangea II.

Enfin, les capacités accrues de Pangea III pourront également être utilisées pour d’autres activités du groupe, par exemple pour optimiser les processus de raffinage ou améliorer les propriétés des lubrifiants, ou encore tester de nouveaux algorithmes plus complexes pour développer des solutions d’IA (intelligence artificielle).

1) un pétaflop est égal à un million de milliards d’opérations par seconde
2) un pétaoctet est égal à un million de milliard d’octets

Image : Total/Gilles Leimdorfer

Partager