GRTgaz et Teréga confirment la mise en place de la TRF au 1er novembre 2018

2018-09-07T11:44:41+02:00

L’artère Val de Saône, qui permettra d’acheminer jusqu’à 250 GWh/j supplémentaires de gaz du Nord vers le Sud de la France sera mise en service le 1er novembre 2018, en ligne avec le planning initial, a indiqué GRTGaz le 29 août 2018. De son côté, Térega a précisé que le Renforcement Gascogne-Midi (RGM) serait opérationnel en octobre prochain.

Tous les feux sont donc au vert pour la mise en place au 1er novembre 2018 de le TRF (Trading Region France) et son son PEG (Point d’Echange Gaz) unique du marché français, a précisé GRTgaz sur son site Internet.

Les équipes des deux opérateurs de réseaux de transport de gaz « procèdent désormais aux dernières recettes du SI (système d’information) et aux ultimes essais et réglages des installations tout en informant les acteurs du marché », ajoute GRTgaz.

Approuvée par la CRE en 2014, la création de la TRF va permettre de faire bénéficier les consommateurs d’un prix unique du gaz sur le marché de gros en France (par la disparition du spead actuel entre les zones Nord et Sud).

Elle participe également à l’amélioration de la fluidité des échanges entre le nord et le sud de l’Europe et par-delà à la sécurité d’approvisionnement, insiste GRTgaz.

Dans sa délibération du 24 juillet 2018, la CRE a précisé les conditions opérationnelles de fonctionnement de la TRF.

Lancés en mars 2017, les travaux du programme Val de Saône ont abouti à la construction d’une canalisation de 190 km de longueur environ pour un diamètre de 1,20 m, entre Etrez (Ain) et Voisines (Haute-Marne), à la création d’une station de d’interconnexion à Etrez et au renforcement de la station de compression existante (ajout d’un compresseur de 9 MW), ainsi qu’à la création de 9 postes de sectionnement.

Ce programme représente un investissement de 700 millions d’euros dont 520 M€ pour la canalisation.

Pour ce qui est de RGM, les travaux ont débuté en juillet 2017. Il s’agissait tout à la fois de construire une canalisation de 61,2 km de longueur pour un diamètre de 0,90 m, d’ajouter un compresseur de 7 MW à la station de Barbaira, de réaliser une grille d’interconnexion à Lussagnet et enfin de créer ou de modifier 4 postes de sectionnement.

Le programme RGM représente un investissement de 823 M€.

Image : GRTgaz

Partager