Infrastructures : les régulateurs français et espagnol enterrent le projet STEP

2019-01-25T15:59:16+01:00

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) et son homologue espagnol CNMC, ont donné conjointement un avis défavorable au projet de nouvelle interconnexion gazière « South Transit East Pyrénées » (STEP). Porté par les opérateurs d’infrastructures Teréga (ex-TIGF) et Enagás, ce projet représentait un investissement de 442 millions d’euros, dont 290 M€ pour Teréga.

Ce projet d’interconnexion gazière entre la France et l’Espagne vise à la création de capacités d’échange additionnelles entre ces deux pays à hauteur de 180 GWh/j de la France vers l’Espagne et 230 GWh/j de l’Espagne vers la France.

Selon Teréga et Enagás, le projet STEP favorisait « l’approvisionnement en gaz en Europe » et « l’intégration des marchés gaziers grâce à la fluidification des échanges ».

La CRE et la CNMC considèrent que le projet STEP « ne répond pas aux besoins du marché et ne présente pas une maturité suffisante pour pouvoir faire l’objet d’une décision favorable des régulateurs et, a fortiori, pour faire l’objet d’une décision de répartition transfrontalière des coûts »

Dans sa délibération la CRE relève notamment que « la capacité actuelle d’interconnexion entre la France et l’Espagne n’est pas saturée », que « le coût du projet est élevé par rapport aux moyennes européennes », et donc que « l’analyse coûts-bénéfices du projet ne montre pas clairement que ses bénéfices l’emportent sur ses coûts dans les scénarios les plus crédibles ».

Image : Teréga

Partager