La CNR et Hydroquest renoncent à leur projet hydrolien sur le Rhône

2019-07-08T15:16:45+02:00

La Compagnie nationale du Rhône (CNR), Hydroquest et le spécialiste de la construction navale CMN ont annoncé qu’ils mettaient fin au projet d’une ferme pilote d’une trentaine d’hydroliennes dans les gorges du Rhône, à l’aval du barrage de Génissiat (Ain). 

Ce projet, le premier de ce genre en France, avait été annoncé en décembre 2017 pour un investissement de 12 millions d’euros.

Implantées dans un secteur du Rhône très encaissé, les machines développées par Hydroquest et fabriquées par CMN, devaient être installées par groupe de trois, tous les
150 mètres environ, sur un linéaire de 2 kilomètres.

En tant que projet expérimental, à ce niveau de puissance de 2 MW, ce projet représentait des incertitudes, expliquent les partenaires dans un communiqué publié le 8 juillet 2019.

Il a notamment été mis en évidence que les contraintes de sites induisent un productible insuffisant et des pertes d’exploitation trop importantes à l’usine hydroélectrique de Génissiat, poursuivent-ils.

Après deux années d’études techniques et de tests de modélisation hydraulique, la CNR, Hydroquest et CMN renoncent donc « à ce projet ambitieux, première mondiale de par sa dimension et sa complexité ».

Selon les entreprises, cette décision ne remet en aucun cas en cause la technologie des hydroliennes fluviales, « qui connaît par ailleurs un développement prometteur en France et à l’international ».

En décembre dernier, Hydroquest a installé sur le Rhône, près de Lyon, quatre hydroliennes (image) pour une puissance installée de 320 kW. Ce projet est porté par Voies Navigables de France (VNF).

Image : Hydroquest

Partager