SPRINT va faciliter les interventions sur les réseaux de gaz

2018-12-17T14:05:40+01:00

Une fois SPRINT positionné au niveau de la partie de la canalisation à réparer, un espace annulaire est créé entre le piston et le tube grâce à des joints gonflables.

Les chercheurs du centre de R&D
de GRTgaz ont développé un outil innovant qui permet de réaliser des travaux de réparation en toute sécurité alors que le méthane continue de circuler dans la canalisation.

(Note : cet article a fait l’objet d’une publication dans la revue « Pétrole et Gaz Informations » n° 1855, juillet/août 2018).

« Aujourd’hui, pour intervenir sur une canalisation en pression(1) qui doit être réparée à la suite d’un endommagement, il faut parfois vider de son gaz une partie de la conduite», rappelle Eric Courtalon, directeur de RICE (Research and Innovation Center for Energy), le centre de R&D de GRTgaz dédié aux infrastructures gazières. « Pour cela, une canalisation temporaire qui contourne le tronçon à réparer permet de l’isoler puis de le vider, tout en maintenant l’alimentation des consommateurs de gaz situés à l’aval du réseau. » Cette technique utilisée pour ce type d’opérations, dite « d’obturation en charge », est à la fois complexe à mettre en œuvre et coûteuse. Elle nécessite en effet non seulement d’affouiller le sol sur une grande surface mais également d’effectuer des travaux de soudure conséquents. Elle mobilise donc des équipes techniques importantes et impose des consignes de sécurité très strictes.

Maintenir le flux de gaz

Pour pallier ces inconvénients, les chercheurs de RICE ont imaginé, en collaboration avec les entités opérationnelles de GRTgaz, une solution innovante dénommée SPRINT, pour « Smart Pipe Repair IN-line Tool ». Ce nouveau mode d’intervention repose sur l’utilisation d’un piston tel que ceux déjà mis en œuvre notamment pour les opérations d’obturation de pipeline offshore. Une fois cet équipement positionné au niveau de la partie de la canalisation à réparer, un espace annulaire est tout d’abord créé entre le piston et le tube grâce à des joints gonflables, puis cet espace est vidé de son gaz par décompression. Quant au flux de méthane, il est maintenu en l’état grâce à un passage laissé libre au centre du piston. Dès lors, les travaux de réparation peuvent être réalisés en toute sécurité pendant que le méthane continue de circuler dans la canalisation.

Vers une industrialisation

L’espace annulaire est vidé de son gaz par décompression et le flux de méthane est maintenu en l’état grâce à un passage laissé libre au centre du piston.

« C’est une réelle innovation de rupture qui peut profondément changer les pratiques des métiers de la maintenance des réseaux de transport de gaz notamment », insiste Eric Courtalon. En effet, outre un espace de fouille limité, la mise en œuvre de SPRINT réduit notamment les risques liés à ce type d’opération et ne nécessite qu’une équipe technique légère.
« Sécurité du personnel et industrielle, durée et coût des travaux, impact environnemental… Avec SPRINT, on gagne sur tous les aspects d’une intervention », se félicite le directeur de RICE. « Aujourd’hui, une campagne de réparation peut imposer de fortes contraintes de planification et génère des indisponibilités sur les réseaux de transport. Demain, avec SPRINT, nous pourrons imaginer une réhabilitation complète d’une canalisation en enchaînant les interventions sans contraindre les transits et dans des délais beaucoup plus courts ». Imaginé en 2013, le développement de ce matériel innovant a fait aussitôt l’objet de plusieurs dépôts de brevet. « Nous réfléchissons désormais à l’industrialisation de cet équipement avec comme possible objectif la réalisation d’un prototype en 2019 et une mise sur le marché en 2021 », conclut Eric Courtalon.

(1) Le réseau de GRTgaz est exploité à une pression située entre 16 et 95 bar

Image : RICE/GRTgaz

Partager