Total démarre les opérations à la bioraffinerie de La Mède

2019-07-10T15:03:34+02:00

Le groupe Total a annoncé le 3 juillet 2019 le démarrage des installations de la bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône) qui ont produit leurs « premiers litres de biocarburants ». Cette étape marque l’aboutissement de la conversion de la raffinerie d’hydrocarbures lancée en 2015. Le site pourra produire jusqu’à 500 kt d’HVO.

Le groupe français rappelle avoir investi 275 millions d’euros pour convertir l’ancienne raffinerie d’hydrocarbures qui, dans le contexte de surcapacités de raffinage en Europe, accusait au début des années 2010 une perte annuelle de 150 M€.

Après quatre années de travaux, la plateforme de La Mède dispose aujourd’hui – outre la bioraffinerie d’une capacité de 500 000 t/an de biocarburants – d’une ferme solaire (8 MW), d’une unité de production d’AdBlue (50 000 m3/an), d’une plateforme de logistique et de stockage (capacité d’1,3 million de m3/an) et d’un centre de formation sur installations réelles pouvant accueillir 2 500 stagiaires/an.

L’ensemble de ces nouvelles activités permet de maintenir 250 emplois directs, rappelle Total. La plateforme de La Mède comptait auparavant 430 collaborateurs du groupe.

La bioraffinerie, qui produira du biodiesel et du biojet pour l’aviation, a été spécifiquement conçue pour pouvoir traiter tout type d’huiles. Ces biocarburants seront produits pour environ les 2/3 à partir d’huiles végétales (colza, palme, tournesol, etc.) et pour environ 1/3 à partir de retraitement de déchets (graisses animales, huiles de cuisson, huiles résiduelles, etc.).

Le groupe pétrolier s’est engagé à traiter, chaque année, un maximum de 300 kt d’huile de palme – soit moins de 50 % du volume des matières premières nécessaires – et un minimum 50 kt tonnes de colza français « afin d’assurer un débouché supplémentaire à l’agriculture française ».

Toutes les huiles végétales utilisées seront certifiées durables selon les critères définis par l’Union Européenne, a également précisé Total qui indique avoir mis en place « un dispositif de contrôle renforcé de la durabilité et de respect des Droits de l’Homme ».

Image : Total

 

Partager