Total et l’IFPEN s’allient pour « accélérer » la R&D dans le domaine du CCUS

2019-07-10T15:04:22+02:00

Le groupe Total et l’IFP Energies nouvelles ont annoncé la signature d’un partenariat stratégique de recherche pour développer le captage, stockage et utilisation du CO2 (CCUS) ainsi que les technologies de réduction du CO2 dans l’atmosphère. Environ 40 millions d’euros seront investis sur cinq ans dans ce travail collaboratif.

Ce partenariat vise à réduire le coût des infrastructures et à améliorer l’efficacité énergétique de la chaîne (du CCUS) afin d’assurer son déploiement à grande échelle, précisent les partenaires dans un communiqué publié le 9 juillet 2019.

Les axes de travail couvrent des domaines liés aux nouveaux matériaux, à l’intensification des procédés, au stockage souterrain du CO2 dans des aquifères salins profonds, aux évaluations technico-économiques et à la quantification des bénéfices environnementaux pour l’ensemble de la chaîne du CCUS.

L’accord entre les deux entités comprend également une convention de financement, avec IFP School, de la Chaire « Carbon management and negative CO2 emissions technologies to net-zero carbon future ».

Cette chaire, qui mobilisera 7 doctorants et 5 postdocs sur cinq ans, sera encadrée par « un comité scientifique constitué d’experts indépendants mondialement reconnus ».

Dans le domaine du CCUS, Total et l’IFPEN sont d’ores et déjà parties prenantes au sein de deux projets soutenus par l’UE : d’une part le projet de démonstrateur « 3D » à Dunkerque (avec également ArcelorMittal et Axens), et d’autre part, le projet CHEERS (Chinese European Emission Reducing Solution) qui vise à développer un pilote industriel utilisant la technologie CLC (Chemical Looping Combustion).

Selon le scenario Développement Durable (élévation de température inférieure à 2°C) de l’AIE, il faudra capter et stocker 6 milliards de tonnes de CO2 d’ici 2050.

Image : Total

Partager