Total et Saudi Aramco lancent les études du complexe pétrochimique de Jubail

2018-10-08T17:48:58+02:00

Total et Saudi Aramco ont annoncé le lundi 8 octobre 2018 avoir signé l’accord de développement conjoint du FEED (Front-End Engineering Design) pour la construction d’un complexe pétrochimique géant situé à côté de la raffinerie Satorp. Ce projet représente pour les deux compagnies un investissement d’environ 5 milliards de dollars.

Annoncé en avril 2018, en marge d’une visite officielle à Paris du prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, ce complexe pétrochimique sera situé à côté de la raffinerie Satorp (image), opérée par Saudi Aramco (62,5 %) et Total (37,5 %), « de façon à maximiser les synergies opérationnelles entre les sites », précisent les partenaires dans un communiqué publié le 8 octobre 2018.

Ce site comprendra deux installations. D’une part un vapocraqueur sur charges mixtes (50 % éthane et 50 % gaz de raffinerie) de taille mondiale (1,5 million de tonnes par an d’éthylène), « le premier de la région du Golfe à être intégré avec une raffinerie ». Cette unité représente un investissement de 5 milliards de dollars.

D’autre part des unités pétrochimiques « à haute valeur ajoutée » pour un investissement supplémentaire de 4 Md$ pour les investisseurs tiers, « qui contribuera à l’économie Saoudienne ».

« Le développement de la deuxième phase de Satorp représente une étape majeure dans la stratégie aval de Saudi Aramco », a commenté Amin H. Nasser, pdg du groupe saoudien.« Celle-ci vise à maximiser nos ressources en hydrocarbures et à contribuer à positionner le Royaume en tant que hub pour la fabrication de produits chimiques, contribuant ainsi à la diversification économique ».

« Ce complexe pétrochimique de taille mondiale s’inscrit également dans notre stratégie d’expansion dans la pétrochimie qui consiste à maximiser les synergies au sein de nos plateformes majeures, à développer nos activités à partir de charges avantagées et à tirer parti de la croissance du marché des polymères en Asie », a indiqué pour sa part, Patrick Pouyanné, pdg de Total.

Le groupe Total estime qu’à l’horizon 2025, plus de 60 % de sa production pétrochimique sera basée sur de l’éthane et du gaz de pétrole liquéfié, contre seulement 40 % aujourd’hui. Par ailleurs, l’activité pétrochimique de Total devrait dépasser 55 % en dehors de l’Europe à l’horizon 2025, contre environ 40 % également actuellement.

Image : Total/Michel Labelle

 

 

Partager